Guidance de la semaine du 25 avril

Les énergies sont particulièrement intenses en ce moment et cela peut se traduire par du stress, de la confusion, des blocages et perturbations en tous genres ou encore des insomnies ou de l’instabilité dans notre vitalité. C’est parce que nous sommes appelés à terminer un cycle de notre vie pour en démarrer un autre, et il s’agit réellement d’une transformation intérieure à un niveau assez profond. Nous sommes poussés à nous révéler de manière authentique et à accepter notre mission.

J’ai donc choisi l’oracle des rebels sacrés qui me parait tout à fait juste pour la période, car se transformer intérieurement, lâcher les schémas limitants, tourner la page sur ce que nous avons été demande du courage et ne peut se faire que si nous sommes alignés avec le sacré, avec le divin pour trouver la détermination de surmonter les difficultés qui se présentent inévitablement.

20160425_110411

Le message pour cette semaine est : une vision audacieuse

Cette carte nous indique que nous sommes les créateurs de notre réalité, mais que nous ne sommes pas les seuls, d’autres influences jouent un rôle également, des influences qui nous dépassent. Et notre rôle dans ce grand ensemble, est d’oser croire en nos rêves.

Vous avez peut-être toujours rêvé faire quelque chose (un projet, une carrière, une aventure) et vous vous dites que vous n’y arriverez jamais, que c’est trop pour vous, et donc vous le laissez de côté, dans votre imagination. Cette semaine, il est important de croire en votre rêve et de vous libérer de tout ce qui entrave sa réalisation: les doutes, le manque de confiance et d’estime, les peurs et les limitations et conditionnements qui viennent peut-être de votre enfance. Ce que vous devez faire, c’est visualiser votre rêve, éliminer les obstacles, et ensuite laisser l’univers se charger de comment et quand il vous l’apportera. Vous avez une mission de visionnaire; l’univers a pour mission de le concrétiser. Soyez donc particulièrement attentif aux visions qui pourraient vous venir, aux inspirations; ce sont des messages de votre âme.

Soyez conscient aussi qu’en acceptant de suivre votre vision, votre rêve, d’autres personnes pourront aussi en bénéficier. D’autres pourront se sentir inspirés par votre audace et votre foi, ou pourront développer la confiance qu’ils peuvent eux aussi suivre leurs rêves. Vos choix et ce que vous créerez dans le monde aura un impact sur d’autres aussi.

Dans ce temps de grande transformation, vous êtes appelé à mener la danse; sortir des limitations de ce qu’on dit être possible ou pas, vous donner la permission de déployer vos ailes et lâcher tout ce qui vous retient emprisonné d’une existence ordinaire. Lorsque vous êtes sur votre chemin, le chemin de votre âme, les portes s’ouvrent facilement, les gens viennent vers vous, tout est fluide et facile. Ne vous préoccupez pas de comment ou pourquoi les choses se mettront en place, cela n’est pas de votre ressort. Passez du temps dans la visualisation, la contemplation pour cultiver la vision de ce que vous souhaitez réaliser. Ensuite méditez ou connectez-vous à la nature pour libérer vos croyances bloquantes et faites surtout toujours confiance à votre cœur.

Cette carte porte aussi un message d’encouragement: tout est juste, même si les choses semblent s’effondrer dans le chaos; le chaos est la première étape avant la reconstruction.

J’ai aussi choisi pour cette semaine une aragonite blanche

L’aragonite blanche évoque la pureté et est donc un excellent support de méditation, qui permet de se connecter à la sérénité et au calme intérieur. C’est aussi une pierre de purification, qui aide donc à libérer les schémas limitants. Cette pierre aide aussi à mettre en avant la douceur, pour pouvoir dire les choses de manière douce et posée, et rester centré dans le calme intérieur lorsque les choses avancent trop rapidement et nous déstabilisent, ce qui n’est pas à négliger en cette période assez chaotique où nos mots peuvent facilement dépasser notre pensée ou prendre une ampleur que nous pourrions regretter ensuite.  L’aragonite blanche est aussi la pierre des hypersensibles: pensez à nettoyer vos chakras, et surtout votre 3ème œil.

Je vous souhaite une très belle semaine!

Guidance de la semaine du 18 avril

Vous avez probablement remarqué que les énergies sont particulièrement intenses et nous poussent vraiment à changer et évoluer, sur un plan personnel avant le passage sur le plan collectif…
Mars est immobile dans le ciel avant d’entamer sa période rétrograde en scorpion, nous poussant à transformer notre individualité… Scorpion représente le phoenix, la destruction pour une nouvelle renaissance.

J’ai choisi 2 cartes pour cette semaine, un aspect qui demande notre attention, quelque chose que nous mettons de côté, un aspect de nous-même que nous ne voulons pas voir et qu’il nous faut pourtant mettre en lumière; et ensuite une carte qui représente notre force, et qui nous aidera à avancer sur notre chemin.

Le thème de la semaine est la vérité, notre vérité personnelle et l’honnêteté. Et sachez que la vérité est la liberté…

Nous sommes appelés à faire émerger notre vérité, à exprimer qui nous sommes réellement. Il se peut que nous portions un masque, souvent inconsciemment, par peur de ce que les autres pourraient penser, par peur du ridicule, par peur d’être mis de côté. Il se peut aussi que ce rejet de qui nous sommes réellement vienne de nous. Voyez le visage sous le masque, qui porte un coeur sur le front, pour bien montrer que dès lors que nous nous acceptons totalement tel que nous sommes, les autres nous accepteront aussi et que cette nouvelle identité vient de l’Amour et pas de la peur, cette peur qui est symbolisée par le masque sombre. Ce masque cache votre lumière, ôtez-le et montrez-vous tel que vous êtes!

Il s’agit cependant d’un processus difficile car arriver à ôter ce masque et se montrer tel que nous sommes, nous devons accepter de voir cette vérité cachée en nous. et pour y arriver, il faudra puiser profondément en nous-même, aller recontacter des parties de nous qui sont profondément enfouies, il faudra même sonder notre âme.

Prenez un moment de silence et d’introspection. Laissez la petite voix qui vous dit ‘je sais qui je suis’ ou ‘je suis telle personne’ s’évanouir, et écoutez le silence, alors la vérité de votre être sera révélée. La vérité est cachée sous le voile de l’illusion, alors ne vous méprenez pas. Voyez les contradictions entre ce que vous dit votre coeur et ce que dit votre tête. Vous tiendrez alors le fil qui vous conduira vers votre Vérité, votre Lumière.

Belle semaine à tous!

De la magie et des fleurs's photo.

Croissance post-traumatique

Nous traversons tous des moments de crise où nous sommes confrontés à des évènements qui nous secouent totalement et où nous ne savons plus que lest notre chemin. Alors, lorsque tout autour de nous s’écroule, que pouvons-nous faire?

the-tower-tarot-card

La tour, dans le tarot, exprime bien ce concept d’ébranlement, de trauma, un évènement soudain qui nous secoue jusqu’au plus profond de notre être et vient provoquer l’effondrement de ce que nous avions construit. Dans mon expérience de vie, dans mon enfance et jusqu’à encore récemment, j’avais appris qu’il y avait 2 manières de réagir lorsque tout s’écroule ainsi: sombrer dans la tristesse, la culpabilité, et y rester coincé et donc tomber dans la dépression et la victimisation; ou se relever et continuer d’avancer, et être une personne ‘forte’. Et j’ai souvent agi de l’une ou l’autre manière. Mais aujourd’hui, alors que tout ce qui était précieux pour moi s’est effondré, j’ai d’abord été submergée par la tristesse et la douleur. Puis je me suis relevée en me disant ‘allez, c’est pour un mieux, continue’. Et puis, je me suis arrêtée.  Et je pense que c’est ce moment d’arrêt qui peut tout changer.

Dans ce moment d’arrêt, j’ai trouvé une vidéo d’une personne que j’apprécie et qui a mentionné le terme ‘croissance post-traumatique’, et j’ai adoré. On a tendance à considérer un trauma, que ce soit une maladie, un accident, un évènement difficile, une relation qui se termine, etc. comme une catastrophe et une fin, mais on oublie souvent que tout ce qui meurt permet à autre chose de renaitre, et qu’à chaque fois que nous sommes arrêtés et bloqués sur notre route, c’est pour aller vers un mieux, donc pour grandir, mûrir. Il y a donc bien une croissance proposée au-delà du traumatisme.

Je pense qu’il y a plusieurs étapes qui permettent le déclenchement de cette croissance, mais qu’on a trop souvent tendance à ne pas les suivre.

  1. Etre là pour soi

La première étape, selon moi, est de reconnaitre que nous nous retrouvons dans une situation difficile et douloureuse, que nous souffrons, que nous ressentons de la déception, de la tristesse, de la frustration, de l’incompréhension, peu importe. Et d’être là pour soi, de se prendre la main, de prendre le temps de s’écouter, de ressentir. Ne pas s’en vouloir de se sentir triste et malheureux, ni se juger en se traitant de faible et aussi de ne pas immédiatement chercher à rebondir.

C’est facile et tentant de s’abandonner, de se détourner de la douleur et de chercher à avancer ‘courageusement’, mais ce serait manquer une opportunité incroyable: celle de guérir, de prendre soin de cette plaie ouverte, et de lui laisser l’occasion de cicatriser, et donc de clore quelque chose dans notre vie: se défaire d’un schéma, lâcher des croyances ou des comportements toxiques. Car si nous rebondissons immédiatement, nous risquons fort de repartir dans le même écueil, de répéter la situation et donc à nouveau de souffrir, d’être déçu et malheureux. Si nous avons entamé un chemin de développement spirituel, il nous sera plus facile de faire cette pause, car nous pouvons nous détacher de notre ego, et ne pas nous identifier à l’évènement que nous traversons ou à l’émotion que nous ressentons. La spiritualité a pour but de nous aider à mieux nous connaitre, et au final à nous aimer, totalement, tel que nous sommes. Cela implique donc d’aimer les parties de nous qui sont ‘aimables’, nos forces, nos qualités, nos belles expériences et nos réussites, mais aussi les parties de nous dont nous avons honte ou qui nous embarrassent ou que nous préférerions ne pas regarder.

2.  l’acceptation de soi  

La seconde étape est de s’accepter, d’accepter d’avoir contribué à la situation et de l’avoir attirée à un certain niveau pour nous donner l’opportunité de grandir, de gagner en maturité et en sagesse. Et nous accepter, malgré ce que nous vivons. C’est bien plus difficile qu’on pourrait le penser car notre société pousse facilement à nous rejeter lorsque nous échouons ou expérimentons une difficulté. De nouveau la spiritualité nous aide à comprendre que nous n’échouons vraiment jamais; nous expérimentons et nous apprenons. Un échec ou une difficulté est une opportunité de changer notre regard, de réorienter notre chemin et donc d’avancer. Mais seulement si nous choisissons de le voir comme tel. Nous pouvons aussi choisir de nous arrêter à l’échec et nous enfoncer dans la victimisation.

Vous savez si vous vous acceptez ou pas, et vous savez aussi ce que vous n’acceptez pas chez vous. Et c’est cette partie-là dont il importe de prendre soin lorsque nous vivons une expérience qui nous est douloureuse. Car ce que nous n’acceptons pas chez nous nous cause une souffrance énorme, pèse sur notre âme et nous empêche d’avancer vers notre bonheur. Le plus souvent, la non acceptation de soi vient de l’enfance; soit nous ne nous sommes pas senti aimé tel que nous étions par nos parents, soit ils avaient beaucoup d’attentes à notre égard et nous avons eu le sentiment que ce que nous faisions n’était jamais suffisant. C’est donc une blessure profonde, et en fait la situation traumatisante vient justement permettre de réparer et guérir cette blessure si profondément ancrée et si douloureuse que sans ce trauma, nous n’irions pas la chercher par nous-même.

Il est donc essentiel de pouvoir s’arrêter et de prendre conscience de ce qui nous cause cette non-acceptation, ce qui fait que nous croyons ne pas être acceptable tel que nous sommes, ou parce que nous sommes confronté à telle situation, telle personne ou telle expérience.

3. Emprunter le chemin de la guérison

Nous ne pouvons pas choisir de nous accepter dès à présent par notre simple volonté. C’est un processus, et il y a généralement plusieurs couches. Lorsque nous prenons conscience de la souffrance que nous vivons, et que nous comprenons que nous ne nous acceptons pas suffisamment et que ce comportement nous est préjudiciable, car il nous empêche de guérir et de vivre les expériences que nous souhaitons vivre, alors nous comprenons que notre situation est une porte ouverte vers la guérison et vers un travail de plus grande acceptation de soi.

Ce travail sera long et ardu, et il comporte lui aussi plusieurs étapes.

4. Le pardon

Toutes les traditions le disent, le chemin de la guérison commence par le pardon. La première chose à faire est donc de se pardonner, de se retrouver dans cette situation d’écroulement et de déception et de désillusion. Et ensuite pardonner à toutes personnes qui auraient pu contribuer à ce que nous en arrivions là ou que nous ressentions ce que nous ressentons.

Ce chemin de guérison vers l’acceptation de soi est un cadeau que nous pouvons choisir de nous faire ou pas. Nous pouvons choisir de le vivre de manière positive, si nous savons pourquoi nous le vivons et ce qu’il nous apportera. Et là encore, une ouverture de conscience et une assise spirituelle sont essentielles pour pouvoir voir le positif dans la souffrance. En ayant une spiritualité, nous pouvons avoir confiance que ce qui nous arrive arrive pour une raison et que même si nous ne parvenons pas à le voir pour le moment, ce sera positif. Et si nous faisons confiance à la vie, à Dieu, ou à l’univers, alors nous nous faisons confiance aussi. Se faire confiance veut dire que nous choisissons d’être notre ami au lieu de nous battre contre nous-même.

5. Créer un rituel

Une fois que nous avons confiance que les choses se passent comme elles se passent pour un bien, nous pouvons reprendre notre vie en mains plutôt que nous poser en victime à qui on fait du mal de manière injuste. Pour reprendre notre vie en mains, la première chose à faire est de définir une intention ou un objectif. Voyez ce que vous souhaitiez mettre en place, comprenez que les choses se sont écroulées autour de vous pour une raison, et donc réévaluez votre trajectoire. Si vous êtes totalement honnête avec vous-mêmes, êtes-vous certain que vous alliez dans la direction que vous souhaitiez, ou aviez-vous choisi un chemin qui vous semblait plus facile ou plus accessible ou plus acceptable? Vérifiez quel est votre véritable objectif, et définissez-le clairement.

Ensuite, à nouveau prenez les choses en mains, définissez les étapes et les objectifs à court-terme qui vous aideront à avancer vers  votre objectif final. Notez-le sur une feuille; écrire permet de préciser ce que nous souhaitons et de mieux percevoir si c’est juste pour nous ou pas. Ecrire, c’est aussi passer un engagement avec soi-même, décider de se donner les moyens de réaliser tel objectif en suivant telles étapes. Cela ne veut pas dire qu’il faut être rigide, en fait il sera bon de revoir nos objectifs à mi-chemin, ou même plusieurs fois sur le chemin, pour à nouveau évaluer la situation et s’assurer d’aller là où nous le souhaitons. Définissez de petites étapes, pour qu’elles vous semblent réalisables. Encore une fois, si vous êtes déstabilisé et déçu ou frustré, prenez soin de vous et ne vous fixez pas des objectifs qui vous semblent impossibles à atteindre et vous feront vous sentir incapable ou nul ou autre chose.

Et si vous le sentez, faites un petit rituel pour sceller votre engagement. Notre vie est marquée de rituels: un anniversaire, un mariage, une distribution de diplômes, etc. Faites quelque chose pour marquer ce changement et ce chemin de guérison que vous choisissez de suivre: allumez une bougie, brûlez votre feuille pour confier votre intention à l’univers, faites des affirmations ou des visualisations.

Ce genre d’expérience apporte l’opportunité de voyager à l’intérieur de nous-mêmes, d’apprendre à mieux nous connaitre. Mais comme c’est un moment qui est difficile et pénible pour nous, il est important de nous apporter le soin et l’attention dont nous avons besoin. Cela signifie prendre le temps de s’écouter, d’entrer en contact avec nos émotions, d’observer nos pensées et de choisir la voie de l’exploration et de l’éveil en avançant par petits pas. Au final, ces expériences nous apprennent à nous demander: qui suis-je? Qu’est-ce qui me rend heureux? Comment puis-je créer plus de bonheur dans ma vie? Et elles nous permettent aussi de reprendre le pouvoir de notre vie, de nous libérer des conditionnements et enfermements dans lesquels nous nous plaçons parfois pour pouvoir grandir.

Aujourd’hui, mon rituel a été d’aller acheter de jolies fleurs et de me préparer un bon thé et de me donner simplement le temps d’être présente à ce que je vis…

20160415_144118

Suivre sa voie

Nous traversons une période de crise profonde sur le plan individuel et collectif. Nous sommes poussés à mettre en place des changements qui nous bousculent parfois assez puissamment. Nous avons eu la semaine dernière une nouvelle lune en bélier. Pour moi c’est un peu comme si on remettait le calendrier à 0 qu’on revenait au 1er janvier de l’année 1! Nous sommes poussés à laisser tomber nos masques et nos costumes et à laisser notre être intérieur véritable émerger et briller.

Depuis quelques temps, beaucoup de personnes s’interrogent sur leur chemin, quelle est leur mission et comment trouver cette mission? Je suis moi-même passée par cette phase, et j’aimerais partager quelques idées et conseils que j’ai pu amasser en chemin (c’est le cas de le dire!).

J’ai, peut-être depuis toujours, été poussée à suivre un appel au plus profond de moi, je savais que j’avais une mission, quelque chose d’important qu’il me fallait faire et il me fallait le trouver. J’ai donc cherché assidûment cette ‘vérité’ qu’il me fallait découvrir pour ensuite y répondre. Je percevais dans cette mission un sens du sacré, même si je ne voyais pas comment, ou pourquoi, moi, je pourrais y faire quoi que ce soit. Bref, j’ai cherché, j’ai écouté, j’ai suivi et je me suis retrouvée sur le chemin de la thérapie. Ayant eu une enfance particulièrement difficile et sombre, mon chemin a commencé par de profondes guérisons, de traumas et de schémas. Et tout naturellement, j’ai cru que ma mission était d’aider ceux qui comme moi avaient souffert profondément. Je voulais me spécialiser dans l’accompagnement de personnes ayant subi des chocs traumatiques (maltraitance, abus, etc).  En même temps, étant moi-même en train de guérir ces parties de moi, je n’étais pas sure de pouvoir (ou vouloir) trouver la force intérieure d’adresser ces difficultés chez l’autre sans que cela ne m’affecte trop.

J’ai donc poursuivi mon chemin et je suis arrivée à ce qui touche davantage le développement personnel et spirituel. C’est à dire qu’il ne s’agissait alors plus de ‘guérir’ mais d’apporter des pistes de mieux-être, rallumer une lumière d’espoir, montrer qu’autre chose était possible. Et j’ai donc également modifié ma trajectoire et affiné cette mission qui m’appelait tant, et je me suis dirigée vers un accompagnement plus ‘doux’. Je suis arrivée à un moment où les choses me semblaient bien aller, ce que je faisais me semblait ‘bien’, je renvoyais une ‘belle image’, c’était acceptable, valorisant, etc. Et puis d’un coup tout s’est arrêté. C’était l’année dernière, en été. Après m’être bien entendu débattu un moment, j’ai accepté de me laisser porter par le courant, car toute cette partie de guérison et d’ouverture spirituelle m’avait permis de gagner en confiance, d’avoir en moi cette ferme conviction presque (presque!) inébranlable que tout arrive pour une raison et que l’univers est rempli de sagesse et de bienveillance.

Et là je suis passée par une longue descente dans les eaux profondes de mon inconscient, dans les recoins probablement les plus obscurs, j’ai revécu des évènements extrêmement douloureux de vies passées par régressions spontanées, des flashs et des rêves. Et j’ai ainsi fini par me libérer de choses très lourdes qui me bloquaient dans ma vie. Je disais souvent il y a quelques années que j’avais cette impression d’être emprisonnée et que je cherchais à faire éclater cette structure qui me retenait piégée, immobilisée, qui m’étouffait. C’est ce que cette descente m’a permis enfin de faire!

Je ne veux pas susciter de peur; j’était déjà assez familière avec le travail sur les ombres, et j’ai eu sur mon chemin des outils et des personnes qui m’ont apporté soutien, éclairage et réconfort, ce qui m’a permis d’aller résolument de l’avant.

Tout ceci pour dire en fait que oui, nous avons une mission, nous sommes venus pour ‘faire’ quelque chose qui servira à l’humanité d’une certaine manière, ce peut être juste toucher le village, ou le pays ou au-delà, peu importe. Mais ce qui importe le plus, c’est de comprendre que notre mission est avant tout envers nous-même. Notre mission est de nous libérer, de guérir nos souffrances, nos mémoires, nos blessures physiques, mentales, émotionnelles et spirituelles. Tant que nous cherchons notre voie dans ce qui sera acceptable ou bien vu, que nous voulons aider les autres, nous restons prisonnier de notre ego, en évitant d’aller travailler nos peurs et de nous en libérer et nous compensons alors en cherchant à aider l’autre. Nous ne devons pas chercher à correspondre aux attentes des personnes autour de nous, que ce soit notre famille, nos amis ou des clients. Nous n’avons pas à nous adapter pour satisfaire et répondre aux attentes que les autres peuvent avoir. Ce n’est pas cela qui nous rendra heureux et qui nous épanouira et qui guérira les souffrances dans notre âme.

Nous devons comprendre notre appel et ensuite suivre notre voie, même créer notre voie. Et nous créerons notre voie en suivant ce qui nous plait, ce qui remplit notre cœur de joie, ce qui nous nourrit au plus profond de notre être et nous aide à avancer dans ce monde parfois difficile. Et nous n’avons pas à le modifier, le censurer ou l’adapter pour répondre à une ‘demande du marché’, une attente de notre famille, de notre milieu social, etc. Parce que c’est toujours notre ego qui nous fait croire que si nous nous écartons du chemin ‘ordinaire’, de la foule, nous serons considérés comme bizarres et nous serons rejetés. Oui, il y a une foule, et cette foule fraie un chemin qui devient la norme, qui réponde à ce qui est ‘acceptable’, mais à côté de cette foule, il y a un tas de gens considérés par cette foule comme ‘étranges’ ou ‘extravagants’; il vous suffit de rejoindre un autre groupe si celui dans lequel vous êtes ne vous accepte pas.

Aujourd’hui, j’ai libéré d’énormes conditionnements familiaux, sociaux, religieux, moraux, des mémoires ancestrales de ma famille et de mon propre chemin d’âme, et je suis beaucoup plus libre, libre d’être qui je souhaite être, libre de créer ma mission, libre de créer la vie qui m’apportera le plus de bonheur, de bien-être et de joie. Et ce chemin est bien plus ésotérique que thérapeutique. Il y a encore 1 an je n’aurais pas pu le suivre, car même s’il m’appelait déjà, je me disais que je ne « pouvais pas » le suivre, car que dirait-on de moi, ce n’était pas sérieux! Et c’était bien là que j’étais enfermée: toute mon enfance, j’ai été une fille sage, une élève brillante, une étudiante encouragée et complimentée… j’ai répondu aux attentes qu’on pouvait avoir de moi, d’un enfant ou d’un élève, mais je n’ai pas été moi-même, je ne me le suis pas permis, j’avais trop peur d’être rejetée. Aujourd’hui, je me défais de ce caméléon, je choisis de faire ce qui m’apporte le plus de bien-être, ce qui nourrit le plus mes journées, ce qui m’apporte le plus de joie, je choisis l’authenticité et je m’aligne avec mon cœur et mon âme. Et là, pour la première fois… je respire!

Je me demandais encore récemment, pourquoi est-ce si important que je suive ce chemin ésotérique plutôt que de garder une ‘image’ pour le social et le professionnel et faire ce que j’aime à côté. J’ai compris. C’est parce que j’ai tant souffert de ne pas pouvoir être moi-même, j’ai tant souffert pour avoir osé être moi-même dans le passé (ou les passés), et d’autres avant moi ont aussi souffert pour avoir défendu leurs opinions, leurs convictions, leur chemin. Nous sommes dans une période de guérison très profonde du féminin sacré, de restauration des énergies de ce féminin sacré: on parle partout d’intuition, d’énergie, de plus en plus de personnes se procurent des tarots et oracles qui sont déclinés presque à l’infini, on parle des bienfaits des thérapies naturelles, des plantes, ou on découvre des secrets liés à l’Atlantide et aux connaissances incroyables de cette ancienne civilisation… Ce sont les différentes facettes de l’archétype de la sorcière qui sont actuellement restaurées, nourries, remises en lumière et revalorisées après avoir été tant bafouées, en grande partie par la religion, mais pas que.

Et mon parcours personnel et individuel s’inscrit dans ce chemin plus universel de guérison du féminin sacré. Et donc, maintenant que j’ai pu nettoyer et libérer les peurs et les traumatismes issus de conditionnements et d’évènements parfois abominables qui ont entaché ce magnifique chemin de sagesse et de guérison, de connexion et de célébration de la vie,  c’est vraiment comme si je me souvenais de qui j’ai toujours été, et il me parait important mais aussi simplement naturel d’honorer et de célébrer ce chemin magique qui s’est ouvert devant moi. Il s’agit d’une démarche sacrée qui rend hommage à mes ancêtres et qui fête leur retour à la vie et à la lumière.

Le mot sorcière est encore fort galvaudé et empreint d’énergies liées à l’histoire et de stéréotypes diffusés dans les films. J’ai d’ailleurs beaucoup hésité à en parler. Mais pour moi il s’agit de bien plus qu’une pratique, c’est un chemin spirituel, c’est mon mode de vie au quotidien et c’est qui je suis. C’est pour cela que je disais que je crée mon chemin plutôt que je le suis, car cette voie est actuellement si remplie de préjugés et d’idées préconçues qu’il peut être difficile de savoir exactement ce qu’elle implique. Et donc, je n’ai aucune envie de suivre des principes qui décriraient comment je dois suivre ma voie, car ce serait retomber dans des préjugés ou conditionnements. Je souhaite comprendre ce que cela signifie pour moi. Pour moi, ce chemin se traduit par le fait de prendre ma vie en mains, d’honorer les cycles de la vie, de puiser dans les énergies et influences (astrologiques, de la lune, du jour ou de la nuit), d’étudier les traditions ésotériques et mystiques, et de vivre ma vie en accord avec elles, et de créer ma vie, de laisser ma nature profonde s’exprimer et retrouver sa liberté. Depuis petite, j’ai toujours été fascinée par le monde des mystères, la magie, les anciennes civilisations, surtout l’Atlantide, la Lémurie, la Grèce, les Mayas, etc; c’est ce qui m’a conduit sur le chemin de la thérapie et surtout de l’approche jungienne de la psychologie, qui comprend une partie ésotérique. Mais je ne me sentais qu’à moitié moi-même.

Et ainsi, ma mission, comme je l’entends aujourd’hui, même si elle va encore évoluer, est d’honorer ce chemin qui après des siècles de noirceur, revient aujourd’hui à la lumière, et de guérir le chemin, l’archétype et les mémoires de cette ancienne voie de traditions et de sagesse, de la libérer des conceptions et stéréotypes et de restaurer l’image de cette femme pleine de sagesse, cette conseillère et cette guérisseuse.

Mon activité ne changera pas vraiment. Car même si je reconnais seulement aujourd’hui qui je suis, je l’ai toujours incarné, en tous cas de plus en plus. Je continuerai à offrir des tirages, des consultations, des soins naturels, avec des pierres, des fleurs de Bach, des essences de cristaux et des ateliers. Ce sont peut être les ateliers qui seront davantage axés sur cette pratique, l’intuition, les facultés psychiques et le sacré notamment.

J’espère que cet article vous encouragera vous aussi à vous libérer des conditionnements et à devenir qui vous êtes réellement, et à vivre de manière authentique et en phase avec vos convictions profondes et vos valeurs.

Nouvelle lune en bélier

Nous avons donc aujourd’hui une nouvelle lune en bélier, une ‘supermoon’ de surcroît, càd que la lune sera particulièrement proche de la terre, et nous influencera d’autant plus fort.

Une nouvelle lune (signe de commencement) en bélier (1er signe du décan), c’est un peu le début du commencement… Cette lune nous invite donc à mettre en action les choix et décisions que nous avons pris récemment. Le bélier est aventurier et courageux ; ce que nous démarrons maintenant ne sera pas facile, et nous emmène sur du long terme. Nous devrons trouver le courage, la détermination et l’audace d’avancer sur ce chemin. Mais ceux qui arriveront au bout seront certains de créer dans leur vie quelque chose qui compte vraiment pour eux. What is worth having is worth fighting for !

Cette lune, associée à Uranus, planète de changement, apportera du neuf dans l’un ou l’autre domaine de votre vie en fonction de votre carte natale. Vous libérer de tout ce qui vous pompe émotionnellement, relation toxique, situation toxique, etc. c’est déjà profiter des influx de cette nouvelle lune.

L’éclipse lunaire du mois dernier nous a permis de libérer ce qui nous bloquait, comme des peurs inconscientes. Nous pouvons maintenant créer notre vie, plus authentique, plus passionnée, plus audacieuse. Suivez vos choix, écoutez vos pulsions et suivez-les. Elles vous conduiront hors des sentiers battus ; il vous faudra donc être convaincu de ce pour quoi vous vous battez.

Attention aux pulsions batailleuses propres au bélier. Il ne s’agit plus de combattre l’ancien mais de créer du neuf. Restez connectés à votre spiritualité pour éviter de vous battre contre des chimères et vous épuiser avant l’heure.

Les énergies sont dont particulièrement puissantes, et l’aspect ombre est surtout mis en avant. Vous pouvez ainsi ressentir une plus grande sensibilité, mais aussi avoir beaucoup d’imagination et de créativité. C’est le moment de travailler à renforcer vos aptitudes psychiques et intuitives, de vous connecter à votre sagesse intérieure et de réfléchir à votre vision à long terme.

Les béliers sont particulièrement poussés à agir; leur rôle est maintenant de se mettre en route et de créer ce nouveau commencement. Ils sont un peu les pionniers du nouveau monde. En avant!