Calendrier celtique et fêtes païennes

LE CALENDRIER CELTIQUE ET LES JOURS DE FETE

On pense que les anciens Celtes se basaient sur un calendrier lunaire, même si les versions originales ont été perdues.

Dans le calendrier celte, l’année solaire était divisée en 13 pleines lunes, 2 solstices et 2 équinoxes. On comptait en outre 8 festivals, aussi appelés sabbats, qui correspondent aux cycles des saisons.

Ces festivals divisent l’année en suivant les mouvements du soleil et de la lune, symbolisant le dieu et la déesse. Le soleil en effet régit les saisons; la lune, quant à elle, régit la psyché humaine, les mystères et les mondes invisibles.

LE FÉMININ ET LE MASCULIN 

Dans les traditions anciennes, c’est la lune, càd l’aspect féminin, qui a d’abord été célébrée. Les Celtes célébraient ainsi 4 grandes fêtes annuelles: Samhain, Imbolc, Beltaine, et Lughnasadh.

Plus tard, les druides ont instauré des fêtes basées sur le rythme du soleil, au nombre de 4 également.

Bien plus tard encore, la religion chrétienne a remplacé les fêtes païennes par des fêtes religieuses afin d’éradiquer les ‘sorcières’ (en réalité tous ceux qui étaient reliés à la magie: mages, sorcières, druides, shamans, prêtres et prêtresses) et leur culte.

Célébrer les 8 sabbats de l’année celte nous permet de nous reconnecter aux cycles naturels des saisons et de retrouver le côté sacré de la vie. Chaque fête a en outre une symbolique particulière.

SAMHAIN – 31 OCTOBRE

Samhain sorcière

Samhain (prononcer Sawin) est une des fêtes les plus connues car elle a été remplacée par Haloween, qui vient de All Hallow’s eve ou All Soul’s night, la nuit des âmes, ou des morts.

Elle a lieu le 31 octobre et marque l’arrivée de l’hiver et le début de la nouvelle année celte, le 1er novembre. On dit que le voile entre le monde visible et invisible est alors le plus fin, ce qui favorise les rites de magie et de divination. On célèbre ainsi les disparus, et on se reconnecte à ses ancêtres afin de profiter de leur savoir; cette fête intègre aussi un phénomène important et que nous ne pouvons pas contrôler: la mort.

Ce sabbat est appelé la ‘nuit des sorcières’, et est associé à la mort et la renaissance: le dieu cornu s’endort pour laisser place à la dame de l’hiver, symbolisant qu’il nous faut terminer un cycle pour en commencer un nouveau.

A l’origine, notamment en Irlande et en Italie, on invitait les disparus à célébrer ce nouvel an pour qu’ils transmettent leur savoir. Ensuite, la religion a propagé une image effrayante de la mort. C’est de là que vient la tradition d’installer des citrouilles à sa porte, pour effrayer les défunts qui avaient jusque-là l’habitude d’être conviés en ce jour…

CELEBRATION

Le soir de Samhain est propice à la voyance, à l’introspection et la méditation et à rendre hommage aux ancêtres. Il est ainsi coutume de placer un couvert supplémentaire à table et une bougie à la fenêtre pour leur montrer le chemin.

YULE – 21 DÉCEMBRE

Yule

Yule célèbre le solstice d’hiver, qui marque la nuit la plus longue de l’année. Yule invite à aller de l’avant avec confiance; il célèbre le retour du soleil et donc de la lumière car la nature commence à s’éveiller pour l’arrivée du printemps. Ainsi, ce jour est une fête très lumineuse et joyeuse: guirlandes lumineuses, bûche dans l’âtre, houx, gui, sapin et rennes dans le ciel symbolisaient cette fête irlandaise. Ces symboles paiens ont ensuite été repris par la religion chrétienne lorsque le pape Télesophe a remplacé Yule par Noël (au 4ème siècle après J-C).

Yule était aussi un temps propice au mariage; il était de bon augure de s’embrasser sous le gui assurait l’amour éternel des jeunes amoureux.

CELEBRATION

Yule est un temps magique qui célèbre le renouveau et la renaissance. Il se fête juste avant l’aube. On allume des bougies et chandelles pour accueillir le retour de la lumière du soleil.

IMBOLC – 2 FÉVRIER

imbolc

Imbolc annonce les premiers jours de printemps. Les Celtes rendaient un culte à l’ours et célébraient le jour d’Imbolc sa sortie d’hibernation. Il était ainsi coutume de se déguiser en ours et de faire une procession aux flambeaux pour demander à la déesse de purifier la terre pour la préparer aux semis. Imbolc est donc une fête du feu, en l’honneur de la déesse Birgit.

La religion a utilisé cette date pour marquer le jour de la présentation de Jésus au temple. Comme les fêtes au flambeau persistaient, le pape Gélase, au 5ème siècle, a instauré la fête des chandelles, et la Chandeleur.

CELEBRATION

On y fête les nouveaux départs, la croissance spirituelle et la purification par le feu.

OSTARA – 21 MARS

ostarapray

Ostara correspond à l’équinoxe de printemps qui marque le réveil de la terre. On y célèbre le rétablissement de l’équilibre entre le jour et la nuit, qui sont de même longueur. Ostara est associé à l’œuf, un symbole de renouveau, ainsi qu’aux couronnes de fleurs pour marquer le réveil de la nature.

CELEBRATION

Ostara est le moment idéal pour semer tout ce qu’on souhaite récolter en automne. On crée un autel avec des symboles de renouveau et de fertilité: lapins, poules, œufs, papillons, etc.

BELTANE – 1er MAI

beltane

Beltane célèbre l’arrivée du printemps et les premiers fruits de la saison. Au départ, les druides célébraient ce jour la fête du feu.

Beltane est un jour de fête et de réjouissances et il est dit que le voile entre le monde des fées, salamandres, elfes et autres êtres de la nature est si fin qu’on peut les apercevoir.

CELEBRATION

Beltane est une des fêtes les plus importantes car elle célèbre l’amour. La coutume est de danser, chanter et décorer sa maison ou ses vêtements avec des fleurs.

LITHA – 21 JUIN

Litha

Le 21 juin est connu comme le jour de la Saint-Jean. Le jour est le plus long de l’année, et il est ainsi coutume de danser autour d’un feu pour célébrer la victoire de la lumière sur la nuit. Litha est donc la fête du soleil.

Ce jour est ainsi propice pour aller cueillir les herbes magiques et guérisseuses qui seront utilisées au cours de l’année.

Litha est aussi le jour des fées, puisqu’il est coutume d’aller cueillir des herbes, on peut rencontrer ces êtres dans la nature; porter du thym sur soi permettrait de favoriser le contact.

CELEBRATION

Disposer des céréales, blé, avoine, orge, des noix ou du pain.

LUGHNASSAD – 1er AOÛT

Lughnasad

Lughnasadh, fête des récoltes ou fête de la moisson, marque le temps des premières récoltes. Lughnasadh fait référence au dieu Lugh, dieu du soleil car l’obscurité commence à se faire doucement sentir.

Selon la tradition, les hommes et les femmes s’offraient des nœuds de moisson en témoignage de leur affection.

Lughnasadh porte aussi parfois le nom de Lammas.

MABON – 21 SEPTEMBRE

mabon

Mabon correspond à l’équinoxe de l’automne, où, à nouveau, le jour et la nuit ont la même longueur. Il célèbre la fin des récoltes démarrées à Lughnasadh.

Mabon est un temps d’introspection, de méditation et de repos qui sert à remercier la déesse pour la récolte abondante et exprimer de la gratitude ainsi que pour laisser aller tout ce qui est passé. Mabon marque aussi le commencement des préparations du solstice de Samhain, la fin de l’année, qui approche maintenant.