Sortir de la maladie et la souffrance

Je voudrais partager avec vous mes réflexions sur la vie, et la réalité dans laquelle nous vivons et les changements qui se mettent en place.

Nos âmes ont choisi de venir s’incarner sur la terre pour se découvrir et pour expérimenter. La terre a accepté de servir de lieu d’expérimentation et de jouer le rôle de la Terre Mère: tout d’abord la mère qui donne naissance, qui donne des corps à nos âmes, et qui nous permet à notre tour de créer et de manifester; et la mère qui symbolise l’amour inconditionnel. Pour nous offrir un terrain d’expérimentation complet, la terre s’est alliée à deux autres planètes: le soleil et la lune. Le soleil qui apporte chaleur et lumière permet la vie et la croissance; et la lune, qui éclaire la nuit et se meut selon des cycles permet le changement. Le soleil aussi, qui éclaire et illumine tout ce qui est visible et apparent, et la lune qui garde les secrets de ce qui n’est pas visible au premier regard, qui garde pour nous ce que nous avons oublié. Ainsi, la terre a pu manifester un terrain de dualité, de lumière et d’ombre où certains aspects seraient clairement visibles et d’autres seraient cachés.

Lorsque les âmes se sont incarnées, la terre était hostile, aride et froide, pour que nous ayons tout le loisir d’y créer notre réalité. Au début, nous avons commencé à explorer, à découvrir cette terre et à nous découvrir aussi, découvrir notre corps, ses besoins, ses ressentis, et la vie physique …


Grâce à l’observation, nous avons commencé à comprendre le fonctionnement du monde qui nous entoure et nous avons appris à construire notre vie, à nous organiser et nous protéger. Nous avons découvert le feu, qui produit de la chaleur et de la lumière même pendant l’obscurité et les temps froids, nous avons commencé à recourir aux animaux pour aider dans nos tâches (chevaux de trait, chiens bergers, vêtements contre le froid…), et nous avons appris à nous servir de la nature : des arbres et des pierres pour construire, nous avons chauffé et battu le fer, chauffé et modelé le verre…

Avec le temps, peu à peu, notre envie de découvrir, notre curiosité et notre ouverture se sont changés en besoin de comprendre, de savoir et de contrôler. Puisque la terre est un lieu de dualité, la chaleur du soleil a fait place à l’obscurité de la lune, l’amour inconditionnel a cédé la place à la peur, la peur a généré des limitations, les limitations ont fait naitre le besoin de maitriser. Plutôt que de rester dans le coeur et interagir avec le monde qui nous entoure de manière bienveillante pour tous (les humains, les animaux, la nature) en étant reliés à notre nature divine et à la bonté de la terre mère, nous avons basculé dans le mental et nous avons commencé à planifier, calculer, développer des stratégies. Nous sommes passés du plaisir d’être au besoin d’avoir, d’accumuler, de posséder. Pour échapper à nos propres peurs, nous avons créé notre propre monde sécurisant et avons utilisé la peur des autres pour les dominer: compétition, domination, supériorité, pouvoir sur l’autre, etc.


Nous avons cherché à savoir, nous avons établi des lois pour expliquer et pour contrôler, des règles, des structures, nous avons décidé de ce que nous pouvions faire et ce que nous ne pouvions pas faire, de ce qu’un homme peut faire et être, ce qu’une femme ne peut pas faire et ne pas être, ce qu’un enfant doit faire et être… Nous nous sommes enfermés nous-mêmes dans les limitations que nous nous sommes imposés, pour contrôler notre peur: notre peur de ne pas avoir assez, notre peur de ne pas être important, notre peur de mourir, … Et alors que notre vision de nous-même et de la vie est devenue de plus en plus rigide, notre vie est aussi devenue de plus en plus rigide et notre corps a lui aussi commencé à se rigidifier. Nous avons refusé d’écouter notre conscience qui nous disait que ce que nous faisions n’était peut être pas juste ni pour nous ni pour les autres, nous avons bloqué nos émotions qui nous rappelaient que nous nous étions écartés de la joie et du plaisir, nous avons commencé à croire nos idées, la vision étriquée du monde que nous avons créé et refusé d’écouter nos craintes et de nous rassurer. Nous nous sommes déconnectés des signes et des messages que nous recevions et nous nous sommes déconnectés de notre corps, de nos ressentis, de nos émotions pour nous enfermer dans nos structures qui nous rassuraient.

Notre corps, dans son intelligence parfaite, a donc commencé à exprimer pour nous ce que nous refusions d’écouter. Il a développé des troubles émotionnels (confusion, tourment, tristesse, peur), des troubles mentaux (ressassements, pensées obsessionnelles, refus de nous laisser limiter), des troubles physiques, des maux et des maladies qui reflètent le mal que nous nous faisons, à nous et à ce qui nous entoure. Mais comme nous nous sommes devenus prisonniers de nos règles et de nos visions étriquées, nous avons cherché des moyens, tout aussi limités, de résoudre nos problèmes. Nous avons créé des médicaments artificiels qui perturbent le fonctionnement de notre organisme et sa capacité naturelle à revenir à l’équilibre et la santé, nous avons morcelé, disséqué le corps et trouvé une solution à chaque problème de manière fragmentée.


Aujourd’hui, nous sommes arrivés à la limite de cette manière d’être et de vivre. Nous sommes tombés dans l’oubli de notre divinité et dans l’obscurité de la lune et avons bien du mal à nous relier à la chaleur et la lumière du soleil… La vie que nous avons créée est génératrice de souffrance, notre réalité est étouffante, nous nous sommes coincés nous-mêmes dans nos propres limitations et toutes les conséquences que ces dernières ont engendrées en nous et autour de nous.

Mais parce que la Terre Mère est amour inconditionnel et a accepté de nous laisser expérimenter sans nous juger, mais qu’elle est régie par la loi de l’équilibre entre ombre et lumière, elle nous rappelle aujourd’hui notre nature divine et nous pousse à nous relier à l’amour inconditionnel qu’elle a pour nous et que nous portons aussi en nous, pour créer maintenant une nouvelle réalité, revenir à la santé, à l’équilibre, à la justesse, à la joie. Parce qu’elle nous aime inconditionnellement, elle ne nous laisse désormais plus continuer à ravager cette belle planète et détruire tout ce qui pourrait nous permettre de vivre dans la joie, y compris nous-même. Comme une mère qui a parfois besoin de gronder son enfant pour son propre bien, la Terre gronde désormais pour nous amener à nous réveiller et nous reprendre en mains.

Pour mettre en route ce changement, réparer la nature, réparer nos corps, nos émotions et nos croyances, il est essentiel d’abandonner les anciennes manières d’être et de faire qui génèrent la destruction et la souffrance et revenir à ce qui favorise la guérison et la joie: nous relier à la Terre Mère et notre capacité à créer, réapprendre à écouter nos émotions et nos ressentis qui nous guident, réapprendre à être la mère aimante, réconfortante et qui prend soin de soi et des autres. C’est cela l’éveil du féminin sacré…

Nous n’avons pas besoin de lutter contre la maladie, mais de comprendre sa raison d’être, ce qu’elle vient nous dire, ce qui lui a donné naissance au départ: la peur et le refoulement de cette peur. Nous vivons une période particulièrement instable qui nous confronte à des peurs: peur de manquer, peur d’être seul, peur d’être rejeté, peur d’être abandonné, peur de ne pas être assez bien… Parce que c’est en ressentant et en écoutant notre peur que nous pourrons la libérer, comprendre qu’elle n’est qu’illusion et que nous pouvons revenir à la confiance et à l’amour, de la terre envers nous et que nous portons aussi en nous, oubliés sous des couches de peur, de doute, de confusion et des blessures que nous avons accumulées et gardées en nous. Comme un oignon, nous devons maintenant libérer une à une les couches qui cachent cette confiance et cette connexion à notre nature divine, à notre lumière et au côté sacré de tout ce que nous sommes et de ce qui nous entoure.

La maladie, physique, émotionnelle, mentale, est un guide: elle nous montre ce que nous avons enfoui tellement profondément en nous que nous en sommes inconscients et déconnectés. Nous pouvons réapprendre à écouter la maladie, comprendre son message et mettre en place de nouvelles habitudes et manières d’être qui nous permettront de revenir à la guérison, de rééquilibrer les déséquilibres. Il est essentiel de sortir de la peur qui nourrit la maladie et de nous ouvrir à la guérison. Alors que, à travers la peur et le besoin de comprendre et contrôler, nous avons créé tout un tas de maladies, la Terre Mère, qui est amour inconditionnel, a mis à notre disposition tout ce dont nous pourrions avoir besoin pour nous guérir: les herbes, les plantes et les fleurs pour apaiser le corps, le coeur, et l’âme; les pierres et les cristaux pour réparer notre structure cristalline intérieure et retrouver l’équilibre émotionnel, physique et spirituel; les fruits, les légumes et les noix pour nourrir le corps et lui permettre de fonctionner selon son intelligence innée (immunité, énergie, vitalité); la mer et les océans pour nous apaiser, les bois et les forêts pour nous ressourcer, les magnifiques couchers de soleil pour nous émerveiller…

Tout ce que nous avons à faire est de respirer et nous ouvrir à la Vie, lâcher le contrôle et laisser la Mère prendre soin de nous…


Vanessa )O(


2 Replies to “Sortir de la maladie et la souffrance”

  1. Marie says:

    magnifique … merci pour tous ces partages
    prends soin de toi <3

Leave a Reply to Marie Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *