Cercles et formation tarot

Hello tout le monde!

J’adore cette énergie d’Uranus en taureau… Je me sens la force de déplacer et faire reculer des montagnes!

Alors, pendant ce week end, j’ai préparé deux ateliers:

Atelier et cercles de pratique pour les cartes oracles

Tout d’abord, la formation La Voie de l’Oracle est maintenant disponible en dehors de la date donnée – si vous souhaitez la suivre lorsque vous en avez le temps, à votre rythme. 

Infos:
http://vanessavaia.com/…/fr/ateliers-et-formations/ateliers/

Ensuite, j’ai préparé deux cercles de pratique pour les cartes oracles. Si vous avez suivi la formation La Voie de l’Oracle, vous aurez ici l’occasion de vous entrainer et continuer à apprendre, et pour tous les adeptes des carte oracles, ce sera aussi une opportunité de se retrouver et de vous exercer!

Infos:
http://vanessavaia.com/…/atelier…/cercle-de-pratique-oracle/

Formation tarot

Et j’ai finalement préparé une formation d’introduction au tarot qui me convient!
La formation aura lieu pendant les vacances d’été; les informations sont sur mon site:
http://vanessavaia.com/…/ateliers-et…/introduction-au-tarot/

Bonne semaine à tous!
Vanessa 

sortir de la maladie et la souffrance

Je voudrais partager avec vous mes réflexions sur la vie, et la réalité dans laquelle nous vivons et les changements qui se mettent en place.

Nos âmes ont choisi de venir s’incarner sur la terre pour se découvrir et pour expérimenter. La terre a accepté de servir de lieu d’expérimentation et de jouer le rôle de la Terre Mère: tout d’abord la mère qui donne naissance, qui donne des corps à nos âmes, et qui nous permet à notre tour de créer et de manifester; et la mère qui symbolise l’amour inconditionnel. Pour nous offrir un terrain d’expérimentation complet, la terre s’est alliée à deux autres planètes: le soleil et la lune. Le soleil qui apporte chaleur et lumière permet la vie et la croissance; et la lune, qui éclaire la nuit et se meut selon des cycles permet le changement. Le soleil aussi, qui éclaire et illumine tout ce qui est visible et apparent, et la lune qui garde les secrets de ce qui n’est pas visible au premier regard, qui garde pour nous ce que nous avons oublié. Ainsi, la terre a pu manifester un terrain de dualité, de lumière et d’ombre où certains aspects seraient clairement visibles et d’autres seraient cachés.

Lorsque les âmes se sont incarnées, la terre était hostile, aride et froide, pour que nous ayons tout le loisir d’y créer notre réalité. Au début, nous avons commencé à explorer, à découvrir cette terre et à nous découvrir aussi, découvrir notre corps, ses besoins, ses ressentis, et la vie physique …


Grâce à l’observation, nous avons commencé à comprendre le fonctionnement du monde qui nous entoure et nous avons appris à construire notre vie, à nous organiser et nous protéger. Nous avons découvert le feu, qui produit de la chaleur et de la lumière même pendant l’obscurité et les temps froids, nous avons commencé à recourir aux animaux pour aider dans nos tâches (chevaux de trait, chiens bergers, vêtements contre le froid…), et nous avons appris à nous servir de la nature : des arbres et des pierres pour construire, nous avons chauffé et battu le fer, chauffé et modelé le verre…

Avec le temps, peu à peu, notre envie de découvrir, notre curiosité et notre ouverture se sont changés en besoin de comprendre, de savoir et de contrôler. Puisque la terre est un lieu de dualité, la chaleur du soleil a fait place à l’obscurité de la lune, l’amour inconditionnel a cédé la place à la peur, la peur a généré des limitations, les limitations ont fait naitre le besoin de maitriser. Plutôt que de rester dans le coeur et interagir avec le monde qui nous entoure de manière bienveillante pour tous (les humains, les animaux, la nature) en étant reliés à notre nature divine et à la bonté de la terre mère, nous avons basculé dans le mental et nous avons commencé à planifier, calculer, développer des stratégies. Nous sommes passés du plaisir d’être au besoin d’avoir, d’accumuler, de posséder. Pour échapper à nos propres peurs, nous avons créé notre propre monde sécurisant et avons utilisé la peur des autres pour les dominer: compétition, domination, supériorité, pouvoir sur l’autre, etc.


Nous avons cherché à savoir, nous avons établi des lois pour expliquer et pour contrôler, des règles, des structures, nous avons décidé de ce que nous pouvions faire et ce que nous ne pouvions pas faire, de ce qu’un homme peut faire et être, ce qu’une femme ne peut pas faire et ne pas être, ce qu’un enfant doit faire et être… Nous nous sommes enfermés nous-mêmes dans les limitations que nous nous sommes imposés, pour contrôler notre peur: notre peur de ne pas avoir assez, notre peur de ne pas être important, notre peur de mourir, … Et alors que notre vision de nous-même et de la vie est devenue de plus en plus rigide, notre vie est aussi devenue de plus en plus rigide et notre corps a lui aussi commencé à se rigidifier. Nous avons refusé d’écouter notre conscience qui nous disait que ce que nous faisions n’était peut être pas juste ni pour nous ni pour les autres, nous avons bloqué nos émotions qui nous rappelaient que nous nous étions écartés de la joie et du plaisir, nous avons commencé à croire nos idées, la vision étriquée du monde que nous avons créé et refusé d’écouter nos craintes et de nous rassurer. Nous nous sommes déconnectés des signes et des messages que nous recevions et nous nous sommes déconnectés de notre corps, de nos ressentis, de nos émotions pour nous enfermer dans nos structures qui nous rassuraient.

Notre corps, dans son intelligence parfaite, a donc commencé à exprimer pour nous ce que nous refusions d’écouter. Il a développé des troubles émotionnels (confusion, tourment, tristesse, peur), des troubles mentaux (ressassements, pensées obsessionnelles, refus de nous laisser limiter), des troubles physiques, des maux et des maladies qui reflètent le mal que nous nous faisons, à nous et à ce qui nous entoure. Mais comme nous nous sommes devenus prisonniers de nos règles et de nos visions étriquées, nous avons cherché des moyens, tout aussi limités, de résoudre nos problèmes. Nous avons créé des médicaments artificiels qui perturbent le fonctionnement de notre organisme et sa capacité naturelle à revenir à l’équilibre et la santé, nous avons morcelé, disséqué le corps et trouvé une solution à chaque problème de manière fragmentée.


Aujourd’hui, nous sommes arrivés à la limite de cette manière d’être et de vivre. Nous sommes tombés dans l’oubli de notre divinité et dans l’obscurité de la lune et avons bien du mal à nous relier à la chaleur et la lumière du soleil… La vie que nous avons créée est génératrice de souffrance, notre réalité est étouffante, nous nous sommes coincés nous-mêmes dans nos propres limitations et toutes les conséquences que ces dernières ont engendrées en nous et autour de nous.

Mais parce que la Terre Mère est amour inconditionnel et a accepté de nous laisser expérimenter sans nous juger, mais qu’elle est régie par la loi de l’équilibre entre ombre et lumière, elle nous rappelle aujourd’hui notre nature divine et nous pousse à nous relier à l’amour inconditionnel qu’elle a pour nous et que nous portons aussi en nous, pour créer maintenant une nouvelle réalité, revenir à la santé, à l’équilibre, à la justesse, à la joie. Parce qu’elle nous aime inconditionnellement, elle ne nous laisse désormais plus continuer à ravager cette belle planète et détruire tout ce qui pourrait nous permettre de vivre dans la joie, y compris nous-même. Comme une mère qui a parfois besoin de gronder son enfant pour son propre bien, la Terre gronde désormais pour nous amener à nous réveiller et nous reprendre en mains.

Pour mettre en route ce changement, réparer la nature, réparer nos corps, nos émotions et nos croyances, il est essentiel d’abandonner les anciennes manières d’être et de faire qui génèrent la destruction et la souffrance et revenir à ce qui favorise la guérison et la joie: nous relier à la Terre Mère et notre capacité à créer, réapprendre à écouter nos émotions et nos ressentis qui nous guident, réapprendre à être la mère aimante, réconfortante et qui prend soin de soi et des autres. C’est cela l’éveil du féminin sacré…

Nous n’avons pas besoin de lutter contre la maladie, mais de comprendre sa raison d’être, ce qu’elle vient nous dire, ce qui lui a donné naissance au départ: la peur et le refoulement de cette peur. Nous vivons une période particulièrement instable qui nous confronte à des peurs: peur de manquer, peur d’être seul, peur d’être rejeté, peur d’être abandonné, peur de ne pas être assez bien… Parce que c’est en ressentant et en écoutant notre peur que nous pourrons la libérer, comprendre qu’elle n’est qu’illusion et que nous pouvons revenir à la confiance et à l’amour, de la terre envers nous et que nous portons aussi en nous, oubliés sous des couches de peur, de doute, de confusion et des blessures que nous avons accumulées et gardées en nous. Comme un oignon, nous devons maintenant libérer une à une les couches qui cachent cette confiance et cette connexion à notre nature divine, à notre lumière et au côté sacré de tout ce que nous sommes et de ce qui nous entoure.

La maladie, physique, émotionnelle, mentale, est un guide: elle nous montre ce que nous avons enfoui tellement profondément en nous que nous en sommes inconscients et déconnectés. Nous pouvons réapprendre à écouter la maladie, comprendre son message et mettre en place de nouvelles habitudes et manières d’être qui nous permettront de revenir à la guérison, de rééquilibrer les déséquilibres. Il est essentiel de sortir de la peur qui nourrit la maladie et de nous ouvrir à la guérison. Alors que, à travers la peur et le besoin de comprendre et contrôler, nous avons créé tout un tas de maladies, la Terre Mère, qui est amour inconditionnel, a mis à notre disposition tout ce dont nous pourrions avoir besoin pour nous guérir: les herbes, les plantes et les fleurs pour apaiser le corps, le coeur, et l’âme; les pierres et les cristaux pour réparer notre structure cristalline intérieure et retrouver l’équilibre émotionnel, physique et spirituel; les fruits, les légumes et les noix pour nourrir le corps et lui permettre de fonctionner selon son intelligence innée (immunité, énergie, vitalité); la mer et les océans pour nous apaiser, les bois et les forêts pour nous ressourcer, les magnifiques couchers de soleil pour nous émerveiller…

Tout ce que nous avons à faire est de respirer et nous ouvrir à la Vie, lâcher le contrôle et laisser la Mère prendre soin de nous…


Vanessa )O(


Février – changement, mouvement et agitation…

Les énergies sont particulièrement lourdes et difficiles en ce moment parce que nous libérons l’ancien pour pouvoir mieux avancer.
C’est important de prendre du temps pour prendre soin de soi et libérer ce qui nous pèse, nous ralentit pour pouvoir ensuite mieux aller de l’avant.

Afin de vous accompagner, j’ai mis en place plusieurs formules pour vous aider à clarifier, guérir, libérer…

CONSULTATIONS PRIVEES: 
– Tarot et oracles : faire le point sur votre situation, comprendre les raisons de difficultés, de blocages, de situations qui se répètent, faire le point sur vos options…

– Soin de l’âme: 
* soin énergétique (purification des anciennes énergies, rééquilibrage des chakras, libération d’émotions bloquées)
* soin karmique (libération d’anciennes mémoires, de blessures ou de blocages venant de vies passées; couper des liens karmiques et de souffrance avec une personne – famille, partenaire, etc.) 
* soin spirituel (intervention et soutient d’un guide spirituel pour faciliter votre progression, récupération de parties de vous oubliées ou perdues afin de disposer de plus de ressources pour avancer)
http://vanessavaia.com/language/fr/me-consulter/

ACCOMPAGNEMENTS
– Plusieurs sessions pour travailler plus en profondeur à des aspects spécifiques: amour et relations, travail et argent, mission de vie, développement de la spiritualité

Accompagnement mission de vie: http://vanessavaia.com/…/me-…/accompagnement-mission-de-vie/

Accompagnement spirituel: 
http://vanessavaia.com/…/me-consu…/accompagnement-spirituel/

MEDIUMNITE
Il y actuellement beaucoup de mouvement sur les différents plans subtils. Lorsqu’une personne décède, elle ne va pas nécessairement dans la lumière; parfois elle prend peur, elle craint d’être jugée ou elle pense ne pas mériter d’aller dans la lumière, ou encore elle a besoin de terminer quelque chose qui est important avant de pouvoir avancer. 

Beaucoup d’âmes qui sont restées bloquées sur terre ressentent aussi de la confusion ou de la peur. En tant que passeur d’âme, j’aide ces âmes à pouvoir trouver la paix, libérer ce qui les retient et pouvoir trouver la paix.
http://vanessavaia.com/language/fr/me-consulter/mediumnite/

ATELIERS ET CERCLES
Développer votre potentiel intuitif
– Cercles de développement intuitif: la clairvoyance, la clairaudience, le clair-ressenti et le clair-savoir. 
http://vanessavaia.com/…/ateliers-et-f…/cercles-intuitifs-2/

– Formation La voie de l’oracle: apprendre à lire les cartes oracles, se relier à l’héritage des oracles, des sorcières, des voyageurs entre les mondes… 
http://vanessavaia.com/…/fr/ateliers-et-formations/ateliers/

Belle fin de journée <3
Vanessa 
www.vanessavaia.com

Pleine lune en vierge: retour à la réalité

Nous venons d’avoir une puissante pleine lune en vierge ce 20 février.

La pleine lune vient périodiquement nous aider à voir certaines choses plus clairement dans notre vie, gagner en clarté, découvrir ce qui jusque-là était caché ou clarifier ce qui était confus, de manière à pouvoir ensuite laisser aller ce qui n’est plus juste et mettre en place ce qui nous conviendra davantage.

La vierge est un signe de terre associée au réalisme, au pragmatisme et à ce que nous mettons en place au quotidien (des habitudes, des routines, des plans) pour aller vers nos objectifs.

Il y a tout un tas de très belles choses sur internet sur cette pleine lune, mais je pense que pour beaucoup, l’essentiel n’y est pas…

La pleine lune en vierge est un reality-check, elle nous encourage à devenir très réaliste, à regarder les choses en face car ce n’est que de cette manière que nous pourrons voir ce qui ne fonctionne pas et ce que nous avons besoin de changer ou installer.

C’est très bien, et c’est important de nous intéresser à la spiritualité, de nous connecter au divin, de méditer ou de communiquer avec nos guides. Mais nous sommes des êtres humains, nous sommes venus vivre une incarnation physique et matérielle qui est soumise à certaines règles et si nous ne suivons pas ces règles nous risquons fort d’avoir de mauvaises surprises. Si nous avançons en ayant la tête dans les nuages, et si nous nous prenons un mur, ou que nous partons à droite au lieu de continuer notre route, nous en sommes les seuls responsables – non pas coupables car il ne s’agit pas de juger, la vie est un jeu, c’est une expérience, une découverte mais la responsabilité des expériences que nous faisons nous revient.

Et donc, si récemment vous vous ‘êtes pris un mur’,
– si vous avez perdu votre emploi
– si vous avez eu des pertes financières importantes
– si une relation s’est terminée
– si vous avez été ou êtes confronté à une maladie grave ou des problèmes de santé sérieux

cette pleine lune en vierge apporte une opportunité pour vous arrêter et faire le point:


– tout d’abord regarder la réalité en face, regarder clairement où vous en êtes et peut-être pour certains mesurer la gravité de votre situation, sans vous perdre mais simplement évaluer très clairement ce à quoi vous êtes confronté


– ensuite revenir en arrière pour essayer de comprendre ce qui vous a conduit là, encore une fois sans tomber dans la culpabilité, le jugement ou le blâme mais pour pouvoir comprendre la suite d’évènements, de choix, de décisions qui vous ont amené là où vous êtes


– et à partir de là réfléchir encore une fois de manière réaliste et pragmatique à ce qui est nécessaire pour rectifier le cours des choses et/ou vous emmener vers une autre direction, que ce soit trouver un emploi qui vous conviendra mieux, un partenaire avec qui vous aurez plus d’affinités, redresser une situation financière, rétablir une meilleure santé, etc.


Je pense que le travers de cette pleine lune est d’être confronté à une réalité très déplaisante dans au moins un domaine de notre vie, et de se mettre en colère ou se sentir victime et de vouloir trouver un coupable responsable de nos malheurs, que ce soit ‘les autres’, ‘un ou une autre’ en particulier, le système, la vie, ou autre chose. Mais tant que nous sommes dans l’apitoiement et la recherche d’un coupable nous demeurons impuissants puisque notre sort dépend d’un autre. Cette pleine lune au contraire nous aide à comprendre notre responsabilité, la succession de nos actions ou de nos non actions, de nos choix, de nos décisions qui ont généré ou fortement contribué à la situation que nous vivons actuellement.


Et, selon mon avis, cette pleine lune en vierge, qui fait écho à la Vierge, donc à la mère totalement dévouée à son enfant, illustre merveilleusement tout l’amour que la Terre Mère nous témoigne, nous qui sommes les enfants qu’elle a mis au monde en leur donnant un corps physique, en nous permettant de vivre notre vie selon nos envies, de pouvoir penser ce que nous souhaitons, faire ou ne pas faire ce que nous voulons mais qui nous offre l’opportunité de pouvoir ensuite voir exactement quelles sont les conséquences de notre comportement, pour nous permettre ensuite de nous aligner davantage, afin de créer plus de beauté et d’harmonie dans notre vie puisque la prochaine pleine lune sera dans le signe de la balance et nous permettra donc de restaurer un meilleur équilibre.


C’est assez intéressant parce que j’ai un poste de professeur dans une école, et nous sommes en ce moment en période d’évaluation, et hier les élèves ont reçu les notes de leur première évaluation, qui sont assez catastrophiques… On peut y voir de l’injustice, contre le système scolaire, le prof (j’en ai pris pour mon grade!) ou autre chose, ou on peut choisir le voir la bienveillance de la vie, comprendre que pour aller plus loin, nous devons d’abord avoir de bonnes bases, et que c’est la qualité de ces bases qui déterminera si la porte suivante nous sera ouverte ou sera fermée, pour notre bien parce que nous ne pouvons pas recevoir plus de pouvoir personnel, plus de responsabilité dans la création de notre vie, plus d’ouverture de conscience si nous ne sommes pas préparés…

Quelques pistes pour cette pleine lune en vierge:

– A quelle réalité déplaisante cette pleine lune vous confronte-elle?

– Quelle est votre responsabilité dans ce que vous vivez: vos choix, vos pensées et croyances, votre manière de voir les choses, le monde, les autres et vous-même?

– Qu’est-ce qui aujourd’hui ne peut plus continuer?

– Quelle nouvelle stratégie pouvez-vous maintenant mettre en place pour rectifier votre trajectoire et vous donner les moyens de vous ouvrir à de nouvelles opportunités plus enrichissantes?
** Changer certaines croyances qui sont devenues obsolètes

** Modifier votre manière de penser et d’envisager les choses et votre vie

** Installer de nouvelles habitudes, dans votre alimentation, dans une routine santé, sport et bien-être, dans le soin que vous apportez à votre corps (respecter ses limites, mieux le soigner, mieux équilibrer travail et repos, …), diminuer ou supprimer un facteur important de stress dans votre vie, consolider l’aspect financier, suivre une formation pour avoir de meilleures bases, mettre en place une routine personnelle, spirituelle, énergétique pour mieux prendre soin de cet aspect (vous protéger, nettoyer vos énergies, etc.)


Pleine lune en vierge:
Nouvelle routine régulière voire quotidienne
Nouvelles habitudes mentales, émotionnelles, physiques et spirituelles
Nouvelle stratégie plus constructive
Mettre en place un traitement pour soigner une maladie, un trauma
Responsabilisation personnelle

Organisation, planification, discipline

Et ensuite, de nouvelles perspectives d’avancement vers de nouvelles expériences plus enrichissantes, plus épanouissantes pourront se présenter à nous…

Bonne journée à tous! <3

Bonne Saint-Valentin!


Bonjour à tous,

Nous sommes aujourd’hui le 14 février, jour de la Saint-Valentin. De nous jours, de plus en plus de personnes rejettent cette fête, prétextant qu’il n’est pas nécessaire de fêter l’amour un jour mais qu’il doit se célébrer au quotidien, que la Saint-Valentin est devenue une fête commerciale, ou encore tout un tas d’autres raisons.

Je pense que ces conceptions sont en réalité basées dans le manque, un fléau dans notre monde actuel, et donc, inévitablement, alimentent le manque: manque d’amour de soi et de la vie dont de plus en plus de personnes se sentent séparées, et qu’elles recherchent donc dans un partenaire, qui devient le bouc émissaire de toutes nos blessures liées à l’amour et se voit attribuer le rôle du guérisseur de tous nos manques d’amour, de tous les jugements passés et de toutes nos blessures passées…


En réalité, chacun est libre de célébrer cette journée selon ses propres croyances et convictions; si des valeurs mises en avant ne semblent pas juste, chacun peut revenir à l’essentiel et à soi… Et je pense que cette journée a besoin de retrouver sa dimension première: la célébration de l’Amour, de la vie, de l’amour de la vie, de l’amour de soi, de l’amour physique et de la sexualité sacrée.

Pour célébrer cette journée, je vous transmets une prière de purification que j’utilise pour moi-même depuis un certain temps. Vous pouvez répéter cette prière autant de fois que vous le souhaitez ou en ressentez le besoin. Vous pouvez aussi l’utiliser comme support pour méditer à certains aspects de l’amour dans votre vie qui ont besoin d’attention, de nettoyage, de transformation pour vous aider à vous ouvrir davantage à l’Amour, qui n’a besoin ni de nom, ni de couleur ni d’étiquette mais qui est présent partout et en tous. En célébrant cet Amour, nous revenons à l’essentiel et pourront recréer l’amour, donc la confiance et l’harmonie, en nous et autour de nous…

Les traumas et blessures sexuels nous touchent au plus profond de notre être et toutes ces blessures se reflètent donc dans chacune de nos interactions avec les autres, avec nous-même et avec la vie. Il est essentiel de les libérer…


Voici la prière. Pour une guérison profonde, un travail personnel sera indispensable selon les blessures de chacun: travail sur soi ou travail plus approfondi avec un thérapeute.


« J’invoque et je manifeste dans ma vie la réactivation de mon pouvoir personnel dans toutes mes expériences. Je prends conscience de ma responsabilité dans la réalité que je crée pour moi et autour de moi. J’invoque la réappropriation et la guérison de mon pouvoir sexuel, physique, émotionnel; j’invoque et je manifeste dans ma vie la sexualité sacrée, l’innocence érotique et je choisis d’exprimer la dimension sacrée du plaisir, du jeu sexuel et de la créativité dans mon corps et dans ma vie.

J’invoque et je manifeste dans ma vie la guérison, pour moi-même et pour le monde, de toutes les blessures au niveau du corps physique et de la sexualité et de tous les sentiments de honte ou de culpabilité qui peuvent en découler. Je demande maintenant la libération et la transmutation de ces énergies denses afin d’accéder à la guérison.

Je libère maintenant tout jugement et toute projection mentale négatifs sur ma sexualité, sur mon corps, la perception de mon corps ou l’image que je renvois.

J’invoque et je manifeste dans ma vie l’harmonie avec ma conscience Je suis et ma dimension divine manifestée par le dieu et la déesse.

Par mon libre arbitre, qu’il en soit ainsi! »


Je vous souhaite une très bonne fête de l’Amour!


Pour me consulter: http://www.vanessavaia.com
J’ai aussi créé une prière de purification plus complète (environ 3 pages), que vous pouvez vous procurer ici:
http://vanessavaia.com/language/fr/e-shop/

La spiritualite EST la vie

Je suis en contact avec beaucoup de personnes qui tendent à parler de spiritualité, de travail spirituel, de vie spirituelle, comme si c’était un objectif à atteindre ou que cela apportait une valeur particulière. Pourtant, ne sommes-nous pas des esprits, des âmes, incarnés pour vivre une expérience humaine? Ne sommes-nous donc pas spirituels par avance? Toute la difficulté n’est-elle pas de rester connectés à notre nature divine et spirituelle, de pouvoir garder du recul, de nous rappeler de revenir à la source pour apprendre à incarner notre spiritualité dans nos vies…

Alors qu’est-ce que la spiritualité? Personnellement, je considère la spiritualité comme l’ensemble de valeurs personnelles à partir desquelles je construits ma vie, càd des valeurs que j’ai explorées par moi-même, que j’ai dégagées à partir de mes expériences de vie et de mes interrogations, par opposition à des valeurs ou idéaux qui viennent de l’éducation, de règles extérieures, de religions, de morales ou de principes établis. Ma spiritualité est l’ensemble de mes croyances sur qui je suis, sur mon chemin, la vie et sur ma manière de percevoir le monde qui m’entoure, et que je choisis d’appliquer dans ma vie.

Je pense que beaucoup confondent la spiritualité avec la religion ou des règles de société, souvent sans s’en rendre compte, et disent : pour être spirituel je ne dois pas me mettre en colère, je dois ressentir ou rechercher la joie, me mettre au service des autres ou encore cela ne sert à rien d’être triste puisque cette vie n’est pas la seule réalité. Tous les ‘il faut’, ‘je dois’, ‘je ne peux pas’ sont des restes de conditionnements religieux qui ont divisés et séparés dans des catégories bien définies: le bien et le mal, ce que nous pouvons ou devons faire ou ne pas faire, ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Cette perception n’est ni bonne ni mauvaise en soi; simplement ce sont des règles extérieures et à un moment il est nécessaire de nous relier au diable dans le tarot et de remettre en question les règles établies, de revoir les peurs auxquelles nous donnons notre pouvoir en les laissant nous enfermer dans des comportements, des peurs d’être jugés que nous projetons sur les personnes qui nous entourent ou en plaçant sur nous des obligations ou des limitations à ce que nous pouvons ou ne pouvons pas faire.

Dans la vie, rien n’est positif ou négatif, tout est. Le jour est. La nuit est. Le jour est lumineux; la nuit est sombre. L’un n’est pas positif l’autre négatif, les deux sont justes et se complémentent. De la même manière, ce que nous vivons n’est jamais positif ou négatif; des situations sont douloureuses, d’autres sont réjouissantes. La terre nous offre cette incroyable opportunité de vivre des expériences extrêmement diversifiées, de pouvoir connaitre toute une palette d’émotions, de ressentis, et de faire cette expérience de l’ombre et de la lumière, et d’aller explorer la lumière intense du bonheur et les profondeurs obscures de la peur ou la tristesse, tant autour de nous qu’à l’intérieur de nous.

Ensuite lorsque nous vivons une situation éprouvante, et source de tristesse, nous avons le choix de la manière dont nous allons réagir, à nouveau cette dualité qui existe en toute chose… Nous pouvons ressentir la tristesse, qu’elle soit légère ou qu’elle nous transperce jusqu’au plus profond de nous, ou nous pouvons choisir de bloquer cette tristesse, de nous blinder, de prendre une profonde respiration et nous dire que ‘il faut bien continuer’ en serrant les dents. Mais à mesure que nous nous blindons, nous pouvons parvenir à bloquer la peine (mais nous ne pouvons cependant pas nous en prémunir) mais nous bloquons aussi toutes les autres émotions: la joie, la confiance… et surtout nous bloquons notre connexion à nous-même.

Et pourtant, comment pouvons-nous vivre en n’étant plus connectés à nous? C’est malheureusement l’origine de bien des drames de notre mode de vie actuelle… Lorsque nous nous déconnectons de nous, nous nous coupons de notre capacité à sentir ce qui est bon ou de ce qui n’est pas bon pour nous, de ce qui est juste ou pas, nous pouvons même nous laisser endoctriner par des concepts totalement déraisonnables. Cette déconnexion nous pousse bien souvent à ne rechercher que les expériences considérées comme ‘positives’, en imaginant des absolus, alors que nous n’avons pas vraiment pris le temps de réfléchir à ce qui peut être positif ou négatif pour nous. Car la stagnation est-elle une expérience positive? L’enfermement dans un travail insatisfaisant est-il positif? La peur de vivre notre vie en affirmant nos propres valeurs est-elle positive? Nous étiquetons, nous imaginons, nous courons après des méthodes révolutionnaires pour chercher la porte qui nous mènera à un bonheur tout rose, et nous passons à coté de la vraie voie vers le bonheur: nous ne pouvons pas expérimenter un grand bonheur si nous n’acceptons pas aussi de nous exposer à de grandes souffrances. Nous ne pouvons pas vivre notre bonheur dans notre bulle alors que le monde autour de nous est à feu et à sang. Le bonheur, c’est d’être en vie, c’est de prendre le temps de regarder le soleil se lever, la lune apparaitre, un enfant qui joue, un animal qui donne toute sa tendresse, … Le bonheur est là sous nos yeux; mais le vrai bonheur est suivi de près par son ombre. Et nous avons donc le choix: nous pouvons nous fermer aux malheurs de la vie, et aussi nous fermer au bonheur, nous pouvons vivre notre vie dans une bulle artificielle et passer tout notre temps à craindre le moment où elle finira par éclater. Ou nous pouvons nous ouvrir à la vie, choisir de tout accepter, de tout ressentir, en étant profondément connectés à soi. La roue tourne, la pluie laissera la place au beau temps; lorsque nous avons appris à trouver notre centre, rien ne pourra nous déstabiliser, nous pourrons nous éloigner un moment, mais nous finirons par revenir au centre. Ce centre, c’est pour moi la spiritualité, qui vient de la découverte de soi et de la connexion à soi et à ce qui nous entoure…


Je pense que si la psychologie fait tout remonter à l’enfance, c’est parce que pour vivre une vie épanouissante, nous avons besoin d’être de bons parents: de construire notre vie comme de bons pères de famille: en étant responsables de ce que nous créons, en agissant concrètement pour concrétiser nos projets, en mettant en place certaines règles de vie et une discipline pour construire notre vie. Ensuite être de bonnes mères envers nous-mêmes: pouvoir être présents pour nous et prendre soin de nous lorsque nous vivons de la peur, des doutes, de la souffrance, rester reliés à nos ressentis pour créer des échanges remplis de respect et de compassion et placer nos limites lorsque cela est nécessaire. Et aussi savoir de temps en temps redevenir des enfants: prendre le temps de nous amuser, de profiter, et maintenir notre capacité à être spontanés et curieux.

Peu importe où vous en êtes sur votre cheminement, la roue tournera, et la vie est tellement remplie de sagesse que si vous vous êtes enfermés dans une sécurité illusoire confinée dans la recherche d’expériences ‘positives’ uniquement, elle finira par vous pousser au dehors pour vous amener vers de nouvelles expériences plus épanouissantes. La roue tournera, un chapitre se clôturera ou votre construction s’écroulera. Mais soyez certains que toute fin amène un nouveau commencement et que tout commencement arrivera à sa fin. Le reste est une expérience…

Je vous transmets ma compassion et vous souhaite de pouvoir trouver votre centre pour explorer toute la richesse de la vie… Vanessa

Etudes, carrière, réussite…

Ces derniers jours, plusieurs personnes m’ont parlé de ce qu’on appelle des enfants à haut potentiel, ou enfants HP, qui est un sujet qui me fait grincer les dents pour diverses raisons. 

Rien que le terme en lui-même me semble agressif. Un enfant considéré HP, c’est donc un enfant chez qui on reconnait un grand potentiel, et ce potentiel il faut donc le pousser à émerger. Cela implique que l’on place énormément de pression sur ces enfants, même si on ne leur dit pas explicitement. Ils sont aussi considérés comme différents, comme supérieurs à la moyenne, ce qui encourage la compétitivité et fragilise leur sentiment d’estime personnelle. 

 

Mais notre attitude envers ces enfants HP n’est que le reflet exacerbé de notre société au sens plus large. Notre société, qui est, rappelons-le, basée sur un modèle patriarcal, pousse ces enfants à suivre des études intellectuelles de haut niveau, simplement parce qu’elle a oublié que l’intelligence a en réalité de nombreuses formes. Lorsque j’étais petite, ce terme ‘HP’ n’était pas répandu comme aujourd’hui; mes profs disaient que j’étais ‘très intelligente’, que j’avais ‘beaucoup de capacités’ et qu’il fallait me pousser pour que je puisse les développer. Pour mes profs, et mes parents, j’avais un grand potentiel de ‘réussir une belle carrière’ ou ‘d’aller très loin’. On me voyait ainsi médecin, ou avocat.

J’ai passé mon enfance enfermée dans ma chambre, à étudier. Puis j’ai suivi un cursus en latin-grec, et ensuite l’université, où je suis restée dans le domaine des langues, découragée par les piles de livres à étudier pour la médecine et le droit. Je me souviens qu’à l’époque, je détestais les cours d’histoire parce que c’était pour moi des histoires que je ne trouvais ni intéressantes ni utiles, dont il fallait retenir des dates, des noms et des lieux que je ne connaissais pas et je n’en voyais pas l’intérêt. Je n’aurais jamais imaginé, que plus tard, ce serait précisément l’histoire qui deviendrait ma grande passion – même s’il s’agit d’une histoire très différente!

Incapable de choisir une orientation, je suis partie 1 année en Angleterre, et cela a été la plus belle année de ma vie. Enfin, je me suis sentie libre, enfin je pouvais respirer, rencontrer des gens, découvrir la vraie vie… A mon retour j’ai suivi des études universitaires en langues étrangères afin de préserver ce contact avec les cultures, les échanges et les rencontres avec l’autre. Mon parcours était tracé, après mes études, j’irais travailler à la commission européenne en tant que traductrice.

Mais à la remise de mon diplôme, la commission m’a fermé la porte: la Russie ne faisait pas partie de l’Europe… Ma prof de russe, qui m’avait tant encouragée pendant ces 4 longues années d’études, m’a confirmé: tu aurais du prendre une autre langue, le russe ne te mènera nulle part… Désillusion complète… J’ai repris une année d’études en interprétariat, comprenant que la traduction me condamnait devant un ordinateur à traduire des notices d’appareils ménagers, et j’ai étudié d’autres langues européennes, italien, espagnol… Mais c’était déjà trop tard. J’avais été repérée par une grande banque américaine; peut-être qu’après tout je pouvais ‘réussir ma vie’… 

Au lieu de cela, j’ai passé 15 ans dans des banques internationales, cantonnée à du travail de bureau, devant un ordinateur. Je me suis complètement fermée dans ce travail débilitant, je multipliais les dépressions, je pleurais à chaque reprise après les vacances. Lorsque j’ai signé mon CDI, et que je me suis installée avec mon compagnon, ayant enfin acquis une stabilité et m’étant rapprochée au mieux de ce ‘succès’ qu’on attendait de moi, j’ai décidé de trouver ce que je voulais vraiment. Je n’avais pas 40 ans, mais 30;  j’ai fait ma crise en avance…  

 

A l’époque, les enfants apprenaient les traditions, l’histoire du village ou du pays à travers les récits que racontaient la grand-mère, le soir au coin du feu. L’école encourageait la réflexion, le discernement et la curiosité. Et les métiers étaient choisi en fonction des passions ou suivaient la transmission d’un art familial, qui avait donc une histoire, des valeurs. Chacun avait sa place dans la communauté, qui s’organisait naturellement autour des différents services qui étaient proposés. 

Puis sont arrivés les banquiers, qui ne se préoccupaient plus tant de la passion ou des valeurs mais dont l’objectif était de faire de l’argent. Ils ont investi dans la construction de villes, de chemins de fer, de grandes surfaces… Petit à petit, les villageois ont quitté les villages et ont abandonné les commerces familiaux ou leurs passions pour partir à la recherche d »une vie meilleure’. Les investisseurs ont ensuite soutenu la construction de grandes écoles et d’universités fondées sur des enseignements intellectuels prometteurs de grandes carrières. 

 

Actuellement, notre société est entièrement fondée sur ce modèle capitaliste dont la base est la recherche de profit et d’accroissement financier. Il y a d’un côté ceux qui font des études, et qui pourront ‘réussir dans la vie’, et de l’autre ceux qui n’en ont pas les moyens et qui ne seront jamais ‘bons à rien’.

Mais aujourd’hui ce système ne fonctionne plus. Une grande partie des personnes qui ont fait de hautes études ont été poussées par leurs parents à suivre une voie qui ne leur plaisait pas. Et aujourd’hui, la majorité d’entre eux se sentent malheureux dans un travail qui ne leur apporte pas de satisfaction, qui les enferme, qui est vide de sens, épuisant, dévalorisant et démotivant.

Vient alors ce qu’on appelle la ‘crise de la quarantaine’: lorsque nous avons terminé nos études, trouvé un partenaire, que nous avons fondé une famille, nous nous rendons compte que cette vie ne nous correspond pas, nous ne nous reconnaissons pas et à ce moment, nous en venons à nous remettre en question, à repenser à nos passions oubliées, à ce à quoi nous avons renoncé pour suivre la voie de la réussite. Beaucoup restent coincés dans cette vie par peur de ce que l’entourage pourrait dire, ou par peur de quitter une sécurité, alors que c’est cette même sécurité qui les étouffe…

Puisque les études sont axées sur un savoir intellectuel et théorique, nous apprenons des choses, souvent sans avoir le raisonnement ou sans en faire l’expérience personnelle. Nous apprenons donc qu’il y a ce qui est vrai et ce qui est faux, ce qui sera d’ailleurs sanctionné par des points notés en rouge et entourés pour que cela s’imprime bien dans notre tête. Nous apprenons à devoir savoir ce qui est vrai et ce qui est faux, sans avoir de repères sur lesquels nous baser si ce n’est les dires d’une personne d’autorité (parent, médecin, enseignant, patron…) ou des livres, càd des sources extérieures. Ainsi, lorsque nous devons faire un choix important, comme changer de carrière, quitter un partenaire qui ne nous convient plus, nous ne savons pas où chercher ‘le vrai’ càd la bonne voie à suivre et nous sommes tétanisés à l’idée de nous tromper… Nous n’arrivons plus à nous écouter, et nous restons sur place. 

 

Je pense que nous avons besoin de nous demander: est-ce vraiment ce que nous voulons continuer d’alimenter, de soutenir et de transmettre à nos enfants?

 

Je pense que les enfants HP sont des enfants hyper-sensibles, des enfants qui ont accès à des formes d’intelligence multiples: intelligence intellectuelle bien sûr, mais aussi émotionnelle, empatique, intuitive, créative… Les écoles spécialisées les regroupent avec d’autres enfants HP, ce qui accentue encore le sentiment d’être différents (il y a les HP et il y a les autres) et encourage la compétitivité puisque ces enfants sont entre eux, et soumis à cette énorme pression de l’extérieur et de l’intérieur. Ces enfants, qui ont beaucoup de sensibilité, se retrouvent ainsi fragilisés et en viennent souvent à développer beaucoup d’insécurités, et donc un besoin de plaire et de se conformer pour recevoir les encouragements et les félicitations et ainsi obtenir du réconfort. Ils courent le risque de devenir dépressifs avec l’âge, tant ils se peuvent se sentir enfermés par le modèle qui leur est imposé et qui les coupe de leur sensibilité, qui décourage leur créativité, leur besoin de relations. Ils ont besoin d’aller dans la nature, de découvrir, d’explorer, de développer leur imaginaire et de pouvoir ensuite trouver ce qui leur permettra d’exprimer et de canaliser leur sensibilité. Ces enfants n’ont pas besoin de réussir, ils ont besoin de vivre une vie qui a du sens. Ils ont d’énormes facultés, mais qui ne sont pas que intellectuelles.

 

Je pense que le temps est venu, pour tous, de redéfinir notre vision de la réussite ou du succès, de cesser de nous baser sur des critères extérieurs de réussite comme un poste en vue, un statut financier ou un prestige matériel et de revenir à d’autres critères plus profonds: nos passions, nos talents innés, y compris la créativité ou la capacité à se relier aux autres, la sensibilité. Nous avons besoin de développer de partage et non de compétitivité, de valeurs profondes et non de prestige. Les enfants HP et les personnes sensibles ont besoin d’apprendre à travers leur expérience personnelle, d’explorer leurs talents innés et créatifs. Devenir médium peut être une carrière tout aussi épanouissante et enrichissante qu’être avocat. La réussite ne s’obtient pas en se conformant à un courant de masse; la réussite vient de l’encouragement à développer nos talents innés, de la pratique, de la volonté et surtout du plaisir que nous avons à faire ce que nous faisons. 

La réussite, ce n’est pas avoir de l’argent. L’argent n’est qu’un moyen d’échange. Et si nous regardons le monde actuel, à quoi nous sert l’argent réellement? A financer la destruction d’habitats naturels, de forêts, des océans? La construction de bâtiments ou de technologies polluantes et destructrices? A acheter des vêtements de qualité médiocre fabriqués par des enfants sous payés? A consommer des aliments toxiques, qui nous drainent de notre énergie, que nous avalons vite fait entre deux réunions, que nous mangeons sans appétit devant un film inintéressant, qui nous alourdissent tellement que nous n’avons plus d’énergie pour faire ce que nous aimons? Ou pour acheter des cadavres d’animaux qui ont vécu des vies misérables d’enfermement et qui ont été abattus dans des conditions atroces?

Ne vaut-il pas mieux être musicien, artiste, cartomancien, vivre de sa passion, ne pas pouvoir déposer son instrument, ses crayons, ses cartes tant nous sommes passionnés,  manger moins mais mieux, consacrer son argent à ce qui a vraiment de la valeur? Se lever le matin en pensant déjà à ce que nous allons découvrir, vivre, tenter? Se coucher rempli de gratitude pour la journée enrichissante que nous avons passée ? Se sentir libre et satisfait? Avoir des rêves et oser croire qu’ils sont réalisables? 

Les enfants HP viennent créer une nouvelle génération qui nous montre que les valeurs sur lesquelles nous construisons nos vies sont obsolètes et même destructrices. Que l’accumulation de connaissances n’est que de l’information. Que nous avons oubliés nos passions, que nous avons oublié le partage et la solidarité. Que nous avons oublié que nous sommes avant tout ici pour vivre des expériences, càd pour oser, tenter, explorer, nous tromper et trouver d’autres manières de faire. Nous ne sommes pas ici pour nous enfermer dans un travail qui ne nous apporte aucun épanouissement ou dans des vies hyper sécurisées qui nous coupent de tout. 

Cette année est une année qui encourage l’exploration. Alors osons. Libérons nos attaches, osons redécouvrir nos passions et les suivre, même si nous ne savons pas encore vers quoi elles nous mènent. Osons l’aventure. 

Vanessa

 

Si vous êtes prêts à faire le pas: je peux vous accompagner à travers une guidance Mission de vie ou un accompagnement en plusieurs sessions. 

Accompagnement mission de vie

Nouveau site

Bonjour à tous!

Une nouvelle année, de nouveaux projets…
Mon site a été complètement remis à jour pour redémarrer en pleine forme!

Préparez-vous pour profiter des puissantes énergies d’expansion de 2019:
* Un aperçu de l’année sur mon site et en vidéo sur Youtube
* Des guidances pour l’année, mois par mois
* Une guidance en vidéo pour les 12 signes (disponibles dans les prochains jours)

Développez ou renforcez votre spiritualité :
* Des consultations et accompagnements personnalisés
* Des cercles de développement intuitif
* Un cercle de développement psychique
* Une formation pour lire les cartes oracles

Partons en voyage à la rencontre de la Déesse, des légendes Arthuriennes et des fées
* Voyage à Avalon pour célébrer le solstice d’été

Au plaisir de vous accompagner!
Vanessa

Blessed 2019!

Je vous souhaite à toutes et à tous une magnifique année 2019!

Cette année promet de nous emmener vers de nouvelles aventures et de montrer que nous pouvons vivre notre vie davantage en suivant notre coeur.

C’est en étant ouvert à des idées différentes et uniques que nous pourrons mettre en place des changements positifs pour nous et pour le monde avec courage et audace.

La Terre oeuvre à la fois pour son bien et pour le sien; en renforçant notre connexion à elle, nous pourrons apprendre à lui faire confiance et ainsi développer un idéal de service à la Terre Mère.

Osez rêver grand et rappellez-vous que tout voyage commence par un seul pas en avant. Cette année, beaucoup pourront découvrir des talents qu’ils ne pensaient pas avoir…

Blessed 2019!

Pleine lune en cancer – Revoir les traditions qui ne soutiennent plus notre croissance

2018 a été une année difficile pour beaucoup de personnes. Et pourtant, en cette fin d’année, je trouve qu’il y a vraiment de quoi s’ébahir devant la perfection de la vie… 

Yule et pleine lune

Cette année, beaucoup de personnes ont expérimenté des difficultés intenses ou de la dépression. Mais pour clore 2018, nous venons de célébrer Yule ce vendredi, qui marque la nuit la plus longue de l’année, et ce festival est directement suivi par une pleine lune. Ce qui fait que cette nuit, le moment le plus long et le plus sombre de cette année, a en réalité été bien éclairée par la lumière renvoyée par la lune… 

Et ensuite, nous avons aujourd’hui une pleine lune en cancer, juste à l’approche de la célébration de Noël. Cette pleine lune nous encourage à laisser aller les traditions familiales, sociales, culturelles qui ne nous conviennent plus, qui voilent notre nature profonde. La pleine lune en cancer nous encourage à examiner la notion de famille, soit notre famille de sang, soit la famille au sens large, càd la communauté et à prendre conscience de schémas que nous entretenons car ils créent un sentiment d’appartenance. Ce peut-être suivre des traditions familiales, sociales, culturelles avec lesquelles en réalité nous ne résonnons pas ou plus par peur de perdre notre connexion à la famille ou la communauté.

  • Quelles sont les croyances familiales et culturelles qui ne nous conviennent plus, qui ne soutiennent plus notre croissance personnelle ni la croissance de la famille humaine? (et à l’approche de Noel, ce thème n’est pas anodin…)
  • Où entretenons-nous un sentiment de dépendance ou craignons-nous de ressentir un abandon (par la famille et/ou notre communauté) si nous exposons et choisissons de suivre nos propres croyances? 
  • Quels sont les schémas destructeurs que nous continuons d’alimenter dans nos relations (la famille et la communauté mais aussi la famille plus large qu’est l’humanité et la relation à la terre) simplement parce qu’ils sont inscrits dans les traditions?
  • Quelles sont les blessures liées à notre sentiment de valeur personnelle qui nous rendent trop dépendant du regard des autres?  (par ex peur d’être abandonnés, par la famille et/ou notre communauté, si nous exposons et choisissons de suivre nos propres croyances)

La pleine lune est toujours une invitation à conscientiser un aspect de nous et/ou de notre vie qui n’est plus juste pour nous et à mettre fin à un cycle que nous répétons pour de pouvoir en démarrer un nouveau. Le signe du cancer représente la famille, la maison; le domaine des émotions et des ressentis et les traditions. 

2018 a ouvert la porte à une énorme transition planétaire à travers un éveil spirituel et un profond travail intérieur nous aidant à nous aligner davantage avec notre nature divine et notre responsabilité en tant que créateur divin. Nous sommes maintenant dans ce moment charnière où il n’est plus possible de continuer à entretenir des habitudes qui ne résonnent plus avec qui nous sommes devenus et qui sont destructrices pour nous, le monde et la planète. Changer les traditions est extrêmement difficile car les traditions touchent à notre sentiment d’appartenance à la communauté et d’identité personnelle. Mais cette année nous a amenés à développer notre connexion à notre famille spirituelle (nos guides, notre chemin). Nous pouvons donc nous relier à notre spiritualité afin de mettre en place en conscience les changements que nous nous sentons appelés à mettre en place, reconnaitre notre chemin et poser des choix conscients et activateurs de changement tout en respectant les choix des autres.

 

Voici une vidéo toujours percutante mais tellement juste… 

Comment Noël est devenu une « orgie hystérique de sucre et de plastique » ? (VIDÉO)

A vous tous qui  avez choisi le chemin difficile de vous éveiller et de changer les consciences, de guider à travers l’exemple en choisissant l’authenticité et le respect de vos valeurs personnelles, je vous envois force, courage mais aussi compassion et vous souhaite une très belle fin d’année en conscience…

Vanessa